La perte de contrôle de son identité numérique

Les moteurs de recherche capables de créer votre « carte de visite numérique », le plus souvent sans votre accord, pullulent sur internet. Le plus connu est sans aucun doute 123people, suivi de près par Yatedo. Ces moteurs de recherche se basent normalement sur des informations publiques. Mises en ligne par vous, ou par des tiers, sur les réseaux sociaux. Curriculum vitae, photos, adresse e-mail, téléphone…Plus limite d’un point de vue « vie privée », ils peuvent également présenter les contacts qui vous sont associés. Si on peut s’interroger de la plus value de ces moteurs de recherche, on peut également se poser la question du danger qu’ils présentent.

Dangereux ?

Ces sites vous offrent la possibilité de suivre votre identité numérique car ils agrègent des données personnelles déjà accessibles publiquement sur facebook, twitter, linkedin, ou encore viadeo.

Plus désagréables que dangereux, ils engendrent un sentiment de perte de contrôle de son identité numérique. Les données étant récupérées sans accord préalable.

Il est difficile de supprimer les données personnelles sur ces sites, mais c’est toujours possible. Et heureusement, car les données sont agrégées de manière plus ou moins hasardeuse. Ces sites doivent vous offrir la possibilité de supprimer vos informations. Yatedo nous informe par exemple que « pour supprimer votre profil, il faut d’abord que vos comptes sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn…) ne soient plus accessibles publiquement aux moteurs de recherche afin que Yatedo ne le fasse plus apparaitre dans ses résultats de recherche. ». Sur 123people, il est possible de supprimer les informations (mais le processus est fastidieux). Un outil indépendant « 123people remover » est disponible sur internet et permet de supprimer le profil rapidement.

Légal ?

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a adressé plusieurs cartons rouges à des moteurs de recherche de personnes (PagesJaunes, Yatedo…). La CNIL a notamment considéré que:

  • l’internaute utilisant des réseaux sociaux ne donne pas son accord tacite pour que ses données personnelles soient utilisées et récupérées
  • le droit d’opposition de l’internaute est souvent difficilement applicable.

La loi de 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés définit comme personnelles toutes les données « relative(s) à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres.  » (Article 2).

Elle stipule notamment que :

  • « Toute personne physique a le droit de s’opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l’objet d’un traitement. » (Art. 38).

Pour en savoir plus :

www.cnil.fr

Loi de 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s